Зарегистрироваться
Восстановить пароль
FAQ по входу

Boesiger Willy, Stonorov Oscar (Eds.). Le Corbusier. Œuvre complète. Vol. 3: 1938-1946

  • Файл формата pdf
  • размером 53,32 МБ
  • Добавлен пользователем
  • Отредактирован
Boesiger Willy, Stonorov Oscar (Eds.). Le Corbusier. Œuvre complète. Vol. 3: 1938-1946
Birkhäuser Architecture, — 195 p.
Samedi dernier, a Briey, au cœur du bassin minier de Lorraine, centre de la sidérurgie française, j'ai pris la parole au terme d’une «journée d'étude» consacrée à l’habitation, devant les maires, les maîtres de forges, les délégués des syndicats et des ouvriers, tous réunis sous la présidence du ministre de l'Urbanisme et de la Reconstruction. «Depuis quarante années, je n’ai entendu dire que «Non!» à tout ce que je proposais. Aujourd'hui, dans les exposés et les discours en séance du travail et au cours du banquet, chacun et tout le monde a dit «Оuі!» (il s'agissait essentiellement de l’Unité d'habitation de Marseille.) Depuis 1920, j'avais consideré le logis comme étant le temple de la famille - temple de l'homme, qui, parfois, a servi à construire le logis des dieux, et j’avais jugé qu’on pouvait consacrer à ce «temple des hommes» le plus pur de son talent - son cœur et son esprit.
Mesurant que les logis étaient souvent des taudis de riches, mais surtout qu’ils étaient, en nombre effroyable, des taudis de pauvres, j'ai recherché les méthodes par lesquelles les pauvres et toute la masse des honnêtes gens pourraient, un jour, vivre dans les logis amicaux. Et j’ai inventé la «Ville Radieuse».
Mais il fallait trouver les moyens par lesquels la réalisation de ce programme gigantesque pourrait devenir effective: l’appel à l'industrie, l’application des techniques modernes.
Les plans et les méthodes sont au point maintenant. La première preuve est debout à Marseille. Et «les temps sont venus» manifestes par l’adhesion de l’opinion et la conjugaison d’un désir avec la conjoncture même.
La sidérurgie - la grande industrie - est venue au contact. La présence à Briey du ministre Claudius Petit, sa parole et son appel à l'industrie solennisent cette conjonction attendue et préparée par un demi-siècle.
Il restait encore à découvrir la mesure matérielle capable d'unifier les dimensions des éléments des logis à fabriquer, mesure d'échelle humaine et de nature mathématique. C'est chose faite aujourd'hui: un outil de travail d’utilisation universelle est désormais à disposition. Le logis des hommes va devenir, dans le monde entier, le grand et universel objet de fabrication, «produit de consommation feconde» rassemblant l’attention et la tendresse de tous: artistes, législateurs, éducateurs, techniciens, industriels.»
  • Чтобы скачать этот файл зарегистрируйтесь и/или войдите на сайт используя форму сверху.
  • Регистрация